Retour de la pub sur France TV

Alors qu’une rumeur laissait entendre que le gouvernement pourrait revenir sur l’interdiction de la pub après 20 h sur le service public, Vivaki Advance a cherché à étudier les conséquences d’une telle décision. Le scénario étudié serait de maintenir la publicité sur le carrefour stratégique de 20h30 et donc repousser la limite de suppression de la publicité à 21h.

Selon Vivaki Advance, le volume potentiel de publicité concerné par cette mesure serait de 8 minutes par chaîne (maximum autorisé sur le service public), ce qui aurait pour effet de repousser l’heure de début des émissions de soirée vers 20h55, en phase avec les chaînes privées. En prenant en compte le coût auquel France Télévisions Publicité peut commercialiser l’espace à cet horaire et le taux de remplissage potentiel, le volume pouvant être absorbé serait de l’ordre de 120 à 130 M€ nets. Cependant, compte tenu de l’état du marché et du fait qu’une partie des annonceurs potentiellement intéressés par cet espace procéderont à des ajustements de budget au sein de l’offre de France TV, Vivaki Advance estime que la manne pour France TV devrait finalement se situer autour de 100 M€ nets. Cette nouvelle tranche permettrait d’étoffer l’offre actuelle de France TV en renforçant le carrefour stratégique du peak auprès d’un public à fort poids de CSP+ et donc plus difficile à toucher en TV. Le marché TV étant très peu élastique, ce budget serait pris dans sa quasi-totalité aux autres chaînes. Cette nouvelle tranche deviendrait une alternative aux écrans puissants de TF1 et M6 qui pâtiront forcément de cette mesure, et aussi à Canal+ qu’elle concurrencera sur son public privilégié des CSP+. Par ailleurs, l’ouverture de cette tranche accentuerait encore un plus le déséquilibre entre l’offre et la demande, ceci alors que 6 nouvelles chaînes TNT sont sur le point de voir le jour, ce qui pourrait renforcer l’effet déflationniste sur le coût du média.

Source : CB News

Il n’y pas d’âge pour jouer mais …

Un jeune garçon se lance dans une interminable tirade destinée à convaincre son père de lui acheter un nouveau jeu vidéo. Piaffant d’enthousiasme, il parle un langage étrange à base de mots comme primo plasma, splitage ou encore gelage… Le père déconcerté bée d’incompréhension mais le message est clair : il ne doit pas chercher à comprendre le jeu, ni même la « langue » de son jeun’s mais le système de classement par âge.

SPOT PEGI – SELL – CSA par selltv

Cette campagne publicitaire a été créée tout récemment à la l’initiative du SELL (Syndicat des Editeurs de Logiciels de Loisirs), du collectif PédaGojeux et du CSA.

Classification PEGI

L’objectif est de sensibiliser le grand public à la charte PEGI (Pan European Game Information) qui préconise l’utilisation de la classification des jeux vidéo par âge et par type de contenu.

Cette campagne TV va être diffusée dès le mois d’Avril sur les chaînes des groupes TF1, M6, Bolloré, Lagardère, Orange et France Télévisions.

Le spot a été créé par Rosapark, la société de production, Moonwalk, a fait appel aux réalisateurs Johnson & John’s Son, le duo composé d’Eric Judor et de Denis Imbert qui a notamment écrit et réalisé Platane, une série TV déjantée pour Canal Plus.

(Source : Cb News)

 

Baisse le son !

Nous vous en parlions en Janvier 2011 au travers de l’article « Trop fort pub! »

Il a fallu au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) plusieurs années de concertation et de travail entre diffuseurs, annonceurs, producteurs et experts du son pour réussir à fixer une limite  à l’intensité sonore à la télévision (notamment celle des publicités).

Le président du CSA, Michel Boyon nous précise ce qui se passe actuellement :  « ce n’est pas le volume sonore qui est différent mais les caractéristiques du son qui le font apparaître plus fort. Un son plus « dense », compressé, semble à l’oreille plus fort ».

Prise d’effet de la décision du CSA à partir du 19 Décembre : le niveau d’intensité sonore devra être constant sur chaque chaîne et d’une chaîne à l’autre. A noter que la France sera le tout premier pays européen à mettre en place des solutions !

(Source CB News)

 

Mediakiosk va changer de main

Un kiosque de MediakioskPresstalis, acteur majeur de la distribution et commercialisation de la presse et actionnaire unique de Mediakiosk, a lancé les négociations  de la vente des 750 kiosques dans 170 villes auprès de JCDecaux exclusivement.

« Cette cession s’inscrirait dans la continuité du programme de réformes engagé depuis mai 2010, à la suite des recommandations du rapport Mettling ». Un programme d’autant plus urgent « que la presse écrite est confrontée à une dégradation de sa vente au numéro plus forte qu’estimée à l’époque» nous précise le communiqué presse.

Au 24 Octobre 2011, l’accord serait signé entre Presstalis et Decaux pour le rachat de Mediakiok, le montant de la transaction s’élèverait à 60 millions d’euros

(Source : CB News)