Contactez-nous maintenant au 0952 53 81 76

Cette semaine les députés examinent le projet de loi HADOPI (Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet) sur le piratage et le téléchargement illégal, dont nous vous avons parler précédemment. Il s’agit de sont nom de code, si elle est votée elle sera baptiser « Création et Internet ».

L’objectif de cette loi sera de contrôler et punir les internautes qui se livrent au téléchargement illégal. Concrètement, lorsqu’un internaute téléchargera illégalement une œuvre musicale ou administrative depuis Internet, il sera rappelé à l’ordre. Tout d’abord par l’envoi d’une lettre d’avertissement puis – en cas de récidive – d’une lettre recommandée et enfin par la suspension puis la résiliation de l’abonnement Internet.

Ces actions sont jugées sévèrement par beaucoup. Notamment, par la Quadrature qui à lancé un appel à la mobilisation très suivi en demandant d’afficher une bannière anti-Hadopi sur les sites internet militants.

Il apparaît que cette loi HADOPI favorise les gros vendeurs et les agences artistiques reconnues depuis de décennies sur la place… Comme le décrit Marianne dans son article : « C’est sévère, mais on comprend la FNAC qui a envie de vendre des CD. Autrefois il y avait des milliers de marchands de disques en France, autant que de libraires, ils ont été tués par les grandes surfaces, et il est tout à fait humain qu’ayant liquidé les petits vendeurs, les gros veuillent garder leur rente. Les artistes, les créateurs, eux sont beaucoup plus partagés sur le piratage. Pour deux raisons. D’abord parce que le téléchargement ne les a pas empêché de vendre, au contraire les a fait connaître, n’a jamais diminué le nombre de fan dans les concerts pas plus que le magnétoscope n’a tué le cinéma ou la radio la chanson. Ensuite, pour une deuxième raison plus profonde. Les artistes, les créateurs savent qu’ils sont des imitateurs, ils ont appris de plus anciens, de plus géniaux, bref de maîtres. S’ils n’avaient pas eu accès à la création d’autrui, ils n’auraient pas créé. On peut aussi interdire les bibliothèques gratuites : c’est ce qu’avaient voulu faire certaines éditeurs. Ca ne favorisera pas l’éclosion des écrivains. »

Comme si cela ne suffisait pas HADOPI représente une réelle menace pour le monde du Logiciel Libre.
Ce monde qui vit du partage du savoir et du savoir-faire de chacun, de la coopération et de Liberté. Le logiciel libre permet de sortir du joug des logiciels propriétaires tels que Microsoft ou encore Apple. Mais il faut savoir qu’ontologiquement, il est  impossible de filtrer les communications d’un logiciel libre (usage de mouchards)

« Voudrait-on tuer le logiciel libre que l’on ne s’y prendrait pas mieux. »

[Source : www.marianne2.fr]
Elyazalée



// <![CDATA[
var LHCChatOptions = {};
LHCChatOptions.opt = {widget_height:340,widget_width:300,popup_height:520,popup_width:500};
(function() {
var po = document.createElement('script'); po.type = 'text/javascript'; po.async = true;
var refferer = (document.referrer) ? encodeURIComponent(document.referrer) : '';
var location = (document.location) ? encodeURIComponent(document.location) : '';
po.src = '//chat.mon-assistance.fr/index.php/chat/getstatus/(position)/original/(top)/350/(units)/pixels?r='+refferer+'&l='+location;
var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(po, s);
})();
// ]]>