Contactez-nous maintenant au 0952 53 81 76

Sept Français sur dix serait contre la nomination du président de France Télévision par l’exécutif!

Voici la principal conclusion que nous pouvons tirer d’une enquête exclusive CSA, commandée par « le Parisien »-« Aujourd’hui en France » ,
« pas question que le patron de l’audiovisuel public soit désigné par le président de la République et le gouvernement, après avis conforme du Conseil supérieur de l’audiovisuel et sous réserve qu’une majorité qualifiée de parlementaires ne s’y oppose pas. Un non franc et massif des Français au projet que Nicolas Sarkozy a formulé, le 25 juin, dans la foulée de la remise du rapport de Jean-François Copé sur la nouvelle télé publique.
Plébiscite contre un retour en arrière. Très peu de Français n’ont pas d’idée sur le chapitre (11 %) et très peu encore (18 %) suivent la logique défendue par le chef de l’Etat. La majorité écrasante des sondés – sept sur dix – signifie haut et fort son attachement à l’indépendance des chaînes publiques et sa crainte d’une reprise en main politique.
En pleine tempête Carolis-Elysée. Cette opposition massive survient alors qu’une partie de bras de fer se joue entre le président de France Télévisions et le président de la République. Elle est de nature à conforter – mais pour combien de temps ? – Patrick de Carolis. Son mandat courant jusqu’à 2010, il affirme ces temps-ci son indépendance et risque sa tête.
Une réforme qui a du mal à passer. L’avis de 71 % des Français démontre par ailleurs que la réforme de l’audiovisuel public a, décidément, bien du mal à passer dans l’opinion publique, jusque dans ses plus larges composantes. Depuis que Nicolas Sarkozy a décidé, en janvier, la suppression de la publicité – ce sera le cas après 20 heures à partir du 1 e r janvier 2009 et toute la journée fin 2010 – les Français ont déjà répondu, aux deux tiers, qu’ils n’étaient pas d’accord. Ils ont également retoqué l’idée de nouvelles formes de financement de France Télévisions. Mais il y a pire. Si, ces derniers mois, la majorité des Français se déclarait hostile à la suppression de la pub, les sondés proches de l’UMP soutenaient toutefois le chef de l’Etat dans ses intentions. Cette fois, un sympathisant sur deux s’oppose à la désignation du patron de la télé publique par l’exécutif. Un seuil est franchi. Un ennui supplémentaire pour les députés et sénateurs UMP qui doivent se réunir en septembre-octobre pour voter la réforme que Nicolas Sarkozy veut rapide. Certains éléments du projet présidentiel seront-ils amendés, voire remis à plus tard ? »

[source de l’article cité : www.leparisien.fr]

Elyazalée



// <![CDATA[
var LHCChatOptions = {};
LHCChatOptions.opt = {widget_height:340,widget_width:300,popup_height:520,popup_width:500};
(function() {
var po = document.createElement('script'); po.type = 'text/javascript'; po.async = true;
var refferer = (document.referrer) ? encodeURIComponent(document.referrer) : '';
var location = (document.location) ? encodeURIComponent(document.location) : '';
po.src = '//chat.mon-assistance.fr/index.php/chat/getstatus/(position)/original/(top)/350/(units)/pixels?r='+refferer+'&l='+location;
var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(po, s);
})();
// ]]>