Contactez-nous maintenant au 0952 53 81 76

«Les pauvres sont dégueulasses, ils polluent.»

En jouant la carte de la provocation le loueur de voitures UCAR ne pensait certainement pas voir une levée de boucliers des associations d’aides aux plus démunis de notre société, telle Emmaüs. Ces dernières ont demandé l’arrêt immédiat de la campagne. UCAR – afin de profiter de l’air du temps qui préconise une voiture « moins polluante » en faveur de la voiture et d’interpeller le gouvernement sur la mise en place d’une prime à la casse – a voulu frapper et rester fidèle à sa vocation de loueur militant.

Patrick Dugois, délégué général d’Emmaüs, juge cette campagne « choquante« , ajoutant : « Nous savons bien qu’il faut une dose de provocation pour qu’une publicité soit remarquée, mais comme par hasard on s’en prend là aux pauvres. Le publicitaire aurait tout aussi bien pu titrer ’les riches sont dégueulasses, ils polluent avec leurs 4×4. Mais non, il accuse les pauvres ! ». En réponse, Jean-Claude Puerto-Salavert, PDG d’Ucar, a déclaré que sa provocation n’était pas sans rappeler celle de Coluche qui avait, en son temps, interpellé la conscience publique en employant le terme de « salauds de pauvres ». Le président-fondateur se proposerait, consécutivement à la polémique, de monter avec les associations comme le Secours Catholique ou Emmaüs des « caisses du coeur », offrant des journées gratuites de location aux plus démunis. Selon lui rien n’a été impulsé par l’État pour aider les propriétaires des 15 millions de véhicules de plus de 11 ans qui circulent en France ( 41,6 % du parc roulant !) à opter pour un modèle propre. Il est vrai que ce n’est pas l’actuelle prime à la casse de 300 euros qui risque d’entraîner une ruée vers les concessions… « La pollution automobile n’est pas un problème de conscience écologique, mais un problème de pouvoir d’achat », martèle l’ancien dirigeant d’Ada. Tel un coup de poing sur la table, il espère que cette campagne et la préconisation qui l’accompagne ne tomberont pas dans les oreilles de sourds décideurs politiques. Concrètement, il demande que soit instituée une prime à la casse d’un montant de 1 500€ « correspondant à la valeur réelle d’usage du véhicule » incitant les propriétaires de vieilles voitures à acheter un modèle neuf moins émetteur de CO2 ou à en louer un.

Cet exemple nous montre qu’il faut toujours avoir conscience de la frontière à franchir (ou non) dans le domaine particulier de la provocation publicitaire. Faites appels à nos conseillers.

Elyazalée



// <![CDATA[
var LHCChatOptions = {};
LHCChatOptions.opt = {widget_height:340,widget_width:300,popup_height:520,popup_width:500};
(function() {
var po = document.createElement('script'); po.type = 'text/javascript'; po.async = true;
var refferer = (document.referrer) ? encodeURIComponent(document.referrer) : '';
var location = (document.location) ? encodeURIComponent(document.location) : '';
po.src = '//chat.mon-assistance.fr/index.php/chat/getstatus/(position)/original/(top)/350/(units)/pixels?r='+refferer+'&l='+location;
var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(po, s);
})();
// ]]>